Nord-ouest des États-Unis – De Burns à Bend, Oregon : le fer dans tous ses états

Été 2015 – Californie, Utah, Wyoming, Idaho, Oregon : un mois sur les routes du nord-ouest américain en famille.

J’annonce du fer dans le titre, et pourtant, ça n’y ressemble pas, ou alors, la définition de la chlorophylle et des métaux a bien changé.

Ce n’est que temporaire, les éclats rouges ne vont pas tarder… Mais pour l’heure, nous traversons la forêt dont le nom nous amuse.

Vous en avez déjà eu plein, pas de raison que je m’arrête en si bon chemin : et hop, la boîte aux lettres du jour ! Ce n’est que la première d’une petite série :

Peut-être moins cliché que les abris pour courriers, voici un numéro d’adresse. Pour la rue et la ville, on repassera : nous sommes totalement perdus dans la nature et aucun indice ne nous permet de fournir l’adresse complète. On remarquera au passage que les numéros à rallonge ne sont pas que l’apanage des grandes villes !

Elle doit se sentir bien seule dans cet immense champ…

La route pour rejoindre le parc du jour, à savoir John Day Fossil Beds n’est pour le moment pas désagréable mais ne présente rien d’exceptionnel non plus.

On traverse Dayville qui semble être agréable, mais on ne s’y arrête pas, on préfère prendre notre pique-nique en pleine nature… mais peut-être est-ce un peu risqué ? 😀

Encore une fois, l’irrigation dessine un contour bien démarqué entre végétation et sécheresse aride :

Bien que moins spectaculaires, ces formations rocheuses ne sont pas sans rappeler la Chaussée des Géants, en Irlande !

Une montagne bien pointue sortie tout droit d’un dessin d’enfant :

Petite pause pique-nique dans un très chouette cadre, on a bien fait de ne pas s’arrêter à Dayville : on aperçoit au loin les premières rougeurs promises !

Mais, qu’est-ce donc ?

Curieuses, ces décorations, non ? Cet arbre est couvert de chaussures, et nous sommes au milieu de nulle part, en plein Oregon, assez éloigné de la première bourgade ! Rare sont les voitures qui ne s’arrêtent pas pour contempler cette curiosité…

Elle me rappelle une scène de Big Fish, film que j’affectionne tout particulièrement ! Cela n’en reste pas moins surprenant… Après une rapide recherche sur internet, cette « activité »s’appelle le shoe tossing, ou encore le shoefiti. Il a d’abord été utilisé dans les villes, a priori pour servir de repère aux dealers, mais je doute que ce soit le cas ici ! Son sens restera un mystère, peut-être n’a-t-il que pour unique but de nous intriguer, et… ça marche.

Halte sympathique dans le village de Mitchell, le far west ? On y est.

Voici notre première livraison de fer ! Je n’avais pas tort en l’annonçant plus haut, finalement :

J’adore ces vieilles voitures déglinguées et le travail de la rouille sur le fer…

Voici le tribunal de Mitchell :

Nous voici prévenus.

Nous rencontrons une dame très accueillante qui, encore une fois, est surprise de voir une famille européenne ici… Pourtant, l’endroit semble attirer les touristes, de manière assez confidentielle, certes – on est très loin de l’affluence des grands parcs ou des villes, bien entendu ! – mais nous ne sommes pas les seuls ici. Un groupe de motards semble s’être donné rendez-vous dans le bar, on passe un moment à discuter avec l’un d’entre eux : il a parcouru des dizaines de milliers de kilomètres sur le vieux continent avec son engin, dans des pays d’Europe de l’est notamment, il aimerait pouvoir s’installer outre-atlantique. Son parcours et ses goûts sont en totale contradiction avec l’image d’Epinal du motard fan de Harley qui ne jure que par les grands espaces américains…

On reprend la route pour découvrir John Day Fossil Beds. On plonge de nouveau dans un univers de fer, mais au sol, cette-fois… il laisse de balles vagues rouges sur les collines qui nous entourent…

Il se fait tard et les filles préfèrent ne pas trop tarder, la fatigue commence à se faire sentir.

Toujours aussi étonnée de voir ces immenses portails délimiter des ranchs qui courent à perte de vue !

L’arrivée à Bend est très agréable : nous avons loué une maisonnette pour plusieurs jours afin de couper le rythme du roadtrip, de permettre aux Gnomettes de se (re)poser, de souffler. On découvre un endroit calme et accueillant, proche du centre ville de Bend que l’on découvrira sans tarder !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *