Étape 3 – Les lacs du Jura

Jura en camping-car, automne 2018 : le carnet

Le lendemain, on attaque le vif du sujet : les lacs du Jura. Sécheresse oblige, les cours d’eau sont à sec depuis de nombreux mois maintenant, les cascades renommées des environs ne présentent donc pas un grand intérêt. J’avais un peu peur qu’il en soit de même pour les lacs, mais il n’en est rien…

Après avoir littéralement traversé des troupeaux de vaches et dégusté de l’excellent comté à la fruitière de la Baroche, on se dirige vers le belvédère de la Ronde, non sans nous demander ce qui se passerait si nous croisions une voiture sur la petite route qui nous y mène, au volant de notre imposant véhicule !

On apprécie le point de vue sur le Lac de Bonlieu, je suis encore une fois touchée par les couleurs qui se déploient sous nos yeux.

Depuis le belvédère, on part pour une petite promenade en forêt… C’est calme et grandiose.

Le lac de Bonlieu est tout aussi magnifique vu d’en bas !

Le lendemain, on s’attarde encore dans la région des lacs. A partir du lac du Petit Maclu, une rando permet d’accéder à une succession de belvédères : de celui des 4 lacs jusqu’à celui de l’aigle, on en prend plein les yeux.

La rando démarre sec, ça grimpe bien en peu de temps, mais surtout, ça glisse ! Heureusement qu’il n’a pas plu dernièrement… Les Gnomettes s’amusent et apprécient l’escapade. Cependant, l’heure tourne et j’appréhende le trajet du retour, entre la nuit qui va tomber et la fatigue qui commence à se faire sentir chez les filles, je me demande si nous pourrons aller jusqu’au Pic de l’Aigle !

Par chance, à l’un des belvédère, nous croisons un couple de grands-parents avec leur petite fille qui sont garés à quelques pas… Ils nous proposent d’eux-mêmes  de m’accompagner, en voiture, à l’endroit où se trouve le camping-car pour me permettre de venir chercher le reste de l’équipe. Quelle gentillesse !!! Les filles leur en sont très reconnaissantes, elles commençaient à fatiguer sérieusement… Un très grand merci à eux.

Je redescends donc avec ces adorables randonneurs et remonte au volant de notre carrosse pour retrouver Lutin et les Gnomettes. Nous prenons la direction du Pic de l’Aigle, que nous atteignons juste à temps pour un magnifique coucher de soleil !

Et, chose que je n’avais encore jamais observée, alors que le soleil disparaît dans un incroyable flamboiement, à son exact opposé, à l’horizon, se lève une lune démesurée teintée de rose et d’orange. La magie des danses astrales…

Nous décidons de dormir au Pic, au calme, encore une fois.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *